Copyright 2007-2012
Built with Indexhibit
 

L'équipe de base de Projet Forêts est constituée de 7 artistes et documentaristes:
Nicolas Valckenaere
(B, 1991). Sculptures, peintures, dessins, installations, vidéos,... l’univers protéiforme de Nicolas Valckenaere est profondément imprégné de son expérience de la vie sauvage et des cultures qui s’y rapportent ( Cultures vernaculaires, écrivains du Wilderness, communautés anarchistes,...). En 2016, après avoir terminé un Master de sculpture à l’erg, Nicolas Valckenaere s’est isolé dans une grange pendant un an, passant le plus clair de son temps dans les forêts alentours. Quand il n’est pas dans son atelier en train de fondre ses propres clous en aluminium, ou parti collecter des images furtives d’animaux des bois à l’aide d’une vieille caméra, Nicolas Valckenaere gagne sa vie comme bûcheron.
Eric Angenot (B,1966) Peintures, sculptures, textes, dessins, photos,... La pratique artistique diversifiée d’Eric Angenot est nourrie d’un intérêt pour les sciences naturelles, l’abstraction moderniste et les problématiques sociales. En 2013, marqué par l’urgence écologique, il crée Postindustrial Animism, projet collectif à géométrie variable. Sous ce nom, il développe des collaborations entre artistes sur des questions environnementales et initie des liens entre pratiques artistiques et pratiques écologiques militantes. Il édite des micro-éditions, organise des workshops, des manifestations, des séances de réflexion, prend part à des actions collectives. Convaincu que les artistes peuvent élargir le contexte d’inscription de leurs pratiques, Eric Angenot s’intéresse à des modes de production et de diffusion artistiques davantage orientées vers le partage d’expériences. Postindustrial Animism a initié Projet Forêt en 2017
Marcel Berlanger (B,1965) est peintre, il excelle dans l’art de la «révélation», au sens photographique du terme : sa peinture figurative révèle non seulement ses sujets, mais elle révèle également leur processus d’apparition. L’image peinte et sa technique de fabrication sont intimement imbriquées et se superposent l’une à l’autre, sollicitant sans cesse l’imaginaire et la mémoire visuelle du visiteur. L’animal, le végétal, le minéral, occupent depuis toujours une place importante dans son travail. Randonneur et naturaliste expérimenté, Marcel Berlanger passe de longues heures à arpenter les montagnes, les forêts ou les déserts en solitaire.
Didier Demorcy (B 1965) La pensée et l’action collective sont au cœur de la pratique de Didier Demorcy. Réalisateur et activiste qui, sous des formes diverses, explore notamment des questions portant sur la possibilité d’une certaine autonomie alimentaire en tant qu’alternative au capitalisme ambiant. Il cherche également à instaurer d’autres types de lien avec les lieux et les êtres environnants comme autant de moyens d’ancrage et de résistance, de ressources, de vie. Sa pensée s’incarne dans le faire et cherche à devenir «agissante»: qu’il s’agisse de collectivement faire du pain; de cultiver des céréales anciennes et d’en faire de la farine; de retaper et de rendre à nouveau opérationnel un moulin à eau; de créer un maraîchage collectif qui vise à nourrir à l’année une vingtaine de familles; d’élever des brebis de race ancienne et locale en circuit ultra-court; de restaurer les vergers des villages alentours; de produire du fromage ou du cidre.
Simona Denicolai (IT,1972) est la moitié du duo Denicolai & Provoost. Artistes multidisciplinaires, ce duo italo-belge travaille avec, mais sans s’y limiter, l’animation, les objets, les installations, la performance, la vidéo, l’édition. Ils proposent volontiers des protocoles collaboratifs et processuels qui impliquent des complicités et des collaborations avec des acteurs qui ne sont pas liés au monde de l’art, et qui sont à plein titre des constituants des mondes qui nous entourent. Denicolai & Provoost questionnent la liberté donnée aux artistes dans nos sociétés occidentales, dites démocratiques. Ils se dégagent de toutes les formes de mécanismes artistiques élitistes et font le choix d’un art sérieux et précis, à la démarche presque sociologique, qui observe et analyse les réalités économiques et sociales. Parallèlement, Simona Denicolai s’intéresse au plantes sauvages et médicinales, à leurs cueillette et leurs usages. Elle se forme à l’Ecole des Plantes, à Ath, auprès de Yves Vanopdenbosch.
Chloé Schuiten ( B, 1990) dessine, écrit, réalise des bandes dessinées, elle teste et organise des évènements et modes de vie collectifs, par moment elle est styliste de l’urgence et des rebuts, ou prof d’atelier “rien faire en forêt”. Le monde dans son état actuel ne la rassasie pas, elle veut être dedans mais y vivre parallèlement. Obsédée par les miettes, par ce qui traine et glande, elle récolte tous les endormis de la ville et les utilise comme matériaux de base à ses créations. Son travail traite aussi de l’ensauvagement et des rapports entre hommes et animaux. Elle donne naissance à ce qu’elle mange et étudie la flore avant de se coucher. Depuis 2015, Chloé Schuiten et clément Thiry forment un binôme qui invente des expériences de vie, jouant leur rapport au sommeil, à la nutrition, à l’habitat, aux vêtements, au temps et au langage. Ils veulent repenser leurs moyens de satisfaire tous les besoins vitaux. Ils réfléchissent à comment ritualiser le quotidien et comment à créer des mythes qui leur appartiennent.
Clément Thiry (F, 1983) chante, dessine et réalise des installations. Il effectue des marches citadines nocturnes afin de collectionner les espaces sous-éclairés de la ville et construit des nids dans lesquels il expérimente le sommeil pour repenser notre quotidien. Il vogue ainsi du rôle d’architecte précaire à celui d’endormeur. Il construit en tissant et mêlant matériaux organiques et industriels. Il utilise ce qu’il trouve lors de ses errances. La marche fait partie intégrante de sa pratique. Ses constructions fragiles se conçoivent par addition, empreinte et nouage. Ce qui ne tient pas est consolidé plutôt que refait. Il fait également partie du collectif de théâtre d’objet Boîte à clous et du groupe de punk pour enfants Gyrophare.